aktuell news head fr

Sibirien: Unvergessliche BegegnungenNigeria : Pas un jour sans frayeur

Pas un jour ne passe sans qu’il ne reçoive des nouvelles de décès. La raison principale : les massacres brutaux par les djihadistes musulmans.

Makleans B. Dapar
Pasteur au Nigeria

En tant que pasteur, les rencontres avec les personnes souffrant de ces attaques terroristes continuelles – le plus souvent des femmes et des enfants qui ont perdu leur mari et père – sont toujours des défis imposants. Il est difficile de trouver les mots pour les consoler dans leur tourmente, même si mon cœur pleure avec elles.

En sécurité nulle part
Les chrétiens du nord et du centre du Nigeria sont partout assassinés : dans leur maison, dans leurs champs, dans les camps de réfugiés, dans les rues. Ils ne trouvent de sécurité nulle part, vivent nuit et jour dans une tension insupportable. Il est bien souvent nié qu’il s’agisse ici d’une épuration systématique de la foi chrétienne. Mais les agresseurs répandent pourtant ce but. Le nombre exact de victimes du terrorisme islamique dans le nord et le centre du Nigeria est difficile à établir. Les autorités minimisent l‘importance des événements.

Agressions annoncées
A la mi-mai, l’inspecteur général de la police nigériane a averti que les terroristes de Boko Haram préparaient des attaques dans les États du nord. Ses officiers locaux devaient « réviser leurs concepts de sécurité », afin de contrer les attaques annoncées.

Mais à peine deux jours après cet avertissement, la première vague d’agressions s’est abattue sur les victimes sans défense des communautés de Tologa, Ndi-Obasi, Odoken dans l’État de Benue et à Kwi, Riyom et Dong dans l’État du Plateau. Les agresseurs ont assassiné sans distinctions hommes, femmes et enfants chrétiens et ont brûlé leurs maisons. Les appels désespérés aux forces de sécurités se sont perdus en route. Celles-ci ne se sont montrées qu’une fois les crimes perpétrés.

Les chrétiens tiennent ferme dans la foi
Il ne m’est pas parvenu aux oreilles de cas de chrétiens qui auraient renié leur foi. Mais si les crimes se poursuivent, la présence même de la foi chrétienne dans certaines régions du Nigeria pourrait être menacée.

Le fait que ces attaques se poursuivent continuellement et que les auteurs ne soient jamais arrêtés et tenus responsables provoque en moi une profonde tristesse. Je demande à nos sœurs et nos frères du monde entier de prier pour l’église persécutée du Nigeria.