aktuell news head fr

News 27 KW Griechenland

Irak : Le chaos chez soi

Les chrétiens d'Irak, où tradition et réveil se rencontrent au milieu des ruines.

La présence chrétienne en Irak est bien plus ancienne que l'Etat lui-même, puisque celui-ci ne date que de l'effondrement de l'empire ottoman, peu après la première guerre mondiale.

Les chrétiens étaient les premiers
Un pays qui n'a pas d'identité nationale et dont les frontières divisent les zones tribales. Un chaos, provoqué par les Européens se partageant le monde. Et les chrétiens sont là au milieu. Ils connaissent bien ces va-et-vient d'occupants et de combats. Ils étaient là et ils sont toujours là. Mais les humains sont vacillants et s'enfuir semble parfois être la seule option.

Les églises traditionnelles ont débuté au 4ème siècle après Jésus-Christ et représentent encore maintenant la plus grande partie des chrétiens d'Irak. Ainsi, deux tiers d'entre eux appartiennent à la dénomination catholique chaldéenne, et le deuxième groupe en importance est l'Église assyrienne. Avec les mouvements missionnaires des 18ème et 19ème siècles – issus des méthodistes britanniques et des protestants américains – des Eglises protestantes sont aussi apparues dans la région de l'Irak actuel. Les missionnaires étaient connus parmi les indigènes sous le nom de Biblishiyyun (hommes de la Bible) parce qu'ils distribuaient des bibles arabes. Ils rencontrèrent pour la première fois de la résistance. Il y eut des arrestations, basées sur les accusations de répandre de la littérature blasphématoire et de troubler la paix. En 1850, le sultan ottoman Abdülmecid accorda aux chrétiens protestants les mêmes droits et privilèges qu'aux autres minorités religieuses de l'Empire ottoman. En 1853, un autre édit déclara illégale la persécution des protestants convertis. C'est donc à partir de cette époque qu'on peut attester d’une église protestante présente en parallèle aux églises traditionnelles de la région de l'Irak actuel.

Après les Ottomans
La Première Guerre mondiale éclate, l'empire ottoman tombe et l'occupant britannique installe un arabe de la Mecque comme roi en Irak. En 1958, le pays devient une république. Puis vient une période de guerres, de gouvernants autoproclamés et enfin l'invasion et l'occupation. À partir de 2003, année du renversement de Saddam Hussein, l’Irak se trouve sous domination américaine, mais la situation des chrétiens se détériore. Ils sont ouvertement accusés d'avoir amené les puissances d’occupation chrétiennes dans le pays. Le terme « croisade » refait surface et la société commence à s'en prendre aux chrétiens. Les muftis par exemple (des experts juridiques musulmans) décrètent des fatwas (Avis juridique sur des questions de droit et de religion) contre l’alcool. C'est le début du vandalisme contre les commerçants chrétiens. D'autres ont l'idée de profiter de cette situation pour extorquer de l'argent aux églises et aux commerçants en échange d'une protection. Ce sont aussi des attentats à la bombe, des enlèvements, des cas de torture et de meurtres.

Sous le drapeau noir
Mais dans l'obscurité, la lumière brille plus fort. Les églises évangéliques vivent, depuis 2003, un renouveau sans précédent, avec la fondation de très nombreuses nouvelles communautés. A côté de ça, des écoles chrétiennes, des librairies et des stations de radio apparaissent. Les pasteurs prêchent à des gens qui ne parviennent pas à trouver la paix, en leur parlant d'une paix plus profonde, que seul Jésus donne. Beaucoup, y compris parmi les chrétiens traditionnels, choisissent de suivre Jésus de tout leur cœur. Pour les églises évangéliques, il s'en est suivi une confrontation, non seulement venant de la population musulmane, mais aussi des églises traditionnelles.

En 2014, on a vu apparaître des drapeaux noirs, avec l'idée que l'Irak intègre un Etat djihadiste. Les partisans du soi-disant Etat islamique ont sévi en Irak jusqu'en 2017. Ils se sont massivement opposés aux chrétiens, détruisant systématiquement leurs villes. À partir de 2017, l'EI a été refoulé du territoire irakien mais, lorsque les chrétiens revinrent, il ne restait plus rien. Beaucoup sont restés dans des camps de réfugiés avec un seul objectif : continuer vers l'Europe.

Reconstruction
Pourtant, certains sont revenus. Ils regagnent les villes, reconstruisent ce qui est détruit, implantent des commerces, rient dans les rues et adorent Dieu. Ils ramènent la louange de Dieu aux endroits d'où leurs ennemis se sont retirés, dans ces églises où la torture et les massacres avaient lieu, parce que celles-ci n'étaient pas attaquées par l'alliance irako-américaine.

Oui, la vie est dure, ce qui est arrivé est cruel et, du point de vue humain, l'avenir n'est guère prometteur. Mais nous avons un Dieu d'espoir. C'est ce Dieu qui motive les chrétiens irakiens. Contrairement à une grande partie de la population, ils regardent vers l'avant avec optimisme.

J'espère que l'Irak deviendra un état de droit stable, dans lequel la population pourra vivre avec joie. Après tout, Jésus est aussi venu pour les Irakiens, pour leur donner « une huile de joie au lieu de tristesse et un vêtement de louange au lieu d'un esprit abattu ».