aktuell news head fr

LibanonLiban : "L'école, c'est formidable !"

Quel enfant pourrait donc faire de telles déclarations avec enthousiame ? Quelques-uns assurément, mais seulement une petite minorité. Dans une petite ville du Mont Liban, entre Beyrouth et la vallée de la Bekaa, 24 filles et garçons se rendent joyeusement dans leur nouvelle école.

Ce sont des enfants de réfugiés qui espèrent trouvé dans ces collines un avenir meilleur. Et c'est difficile pour les familles. Les réfugiés d'Irak ne sont que peu pris en charge par les Nations Unies. Les Syriens sont mieux lottis. Depuis un peu plus d'un an, nous prenons soins de quelque 50 familles en leur fournissant le nécessaire vital (nourriture, habits, petit mobilier avec poêle et carburant pour les hivers neigeux). Sans ça, la survie est pratiquement impossible.

Mais tout ceci n'aide que le visible. "Nos enfants ont-ils un avenir ?" demandent les parents. "Nous avons tout perdu, et avons fui notre patrie - que peut donc encore réserver la vie à nos enfants ?" En guise de réponse concrète, nous avons organisé cet été une école. Trois enseignants irakiens donnent leurs cours depuis octobre dans trois classe selon le programme de leur pays. Au menu : arabe, anglais, mathématiques, histoire et géographie - et beaucoup d'enthousiasme, il faut le dire. Pour les plus âgés, des cours d'informatiques sont proposés séparément. Un programme solide. Qui n'est possible que si les enfants sont en état d'apprendre et qu'ils ne doivent pas se concentrer sur la faim. C'est pourquoi nous leur donnons chaque matin un bon déjeuner, qu'ils dévorent comme des loups. Et l'espoir renaît malgré les difficultés présentes et futures, auxquelles ils ne pensent plus quand ils sont à l'école. Ces cours sont pour eux une garantie d'un avenir digne d'être vécu.