aktuell news head fr

syrien umkehrerSri Lanka: échec au destin

La croyance au destin peut anéantir totalement la qualité de vie des personnes handicapées mentales au Sri Lanka. Sauf si vous avez la chance d‘être accueilli dans un centre spécial où c‘est cette croyance au des-tin qui est annihilée.

Le sort des enfants mentalement défavorisés nous touche. Pédagogue sociale de formation, j’ai donc transformé le rez-de-chaussée de notre maison en un centre pour enfants et adolescents – avec un impact bien au-delà du seul bien-être des enfants.

Cynthia – Elle d‘abord, puis toute sa famille 
La jeune femme a 25 ans, quand sa mère Alisha l‘amène pour la première fois dans notre centre. Alisha est veuve et tente du mieux qu‘elle peut de nourrir sa famille en travaillant dans un jardin d’enfants, soutenue par ses sœurs.

Cynthia est venue une première fois, puis mère et fille se sont régulièrement jointes à nos rencontres de prière ; elles ont reçu la Bonne Nouvelle de Jésus et, après très peu de temps, Lui ont donné leur vie. Ensuite, Alisha m‘a demandé de venir dire quelques mots à l‘occasion de la fête de Nouvel-an du jardin d‘enfants : comme j’étais la seule oratrice pour l’événement dans cette institution islamique, cela n‘a pas été sans conséquences.

La famille d‘Alisha étant musulmane, elle mène aussitôt la contre-attaque, et pousse si loin que Cynthia n‘a plus le droit de venir dans notre centre. Alisha prend Cynthia avec elle à son travail au jardin d‘enfants. Quel choix a-t-elle ? « Pour la tenir occupée », explique-t-elle, « je lui ai dit d‘enseigner aux enfants des chants chrétiens. »

Un peu plus tard, Alisha se présente chez nous. Son souhait est délicat pour une musulmane : « Cynthia et moi voulons nous faire baptiser ! » Je lui conseille de commencer par amener ses sœurs plus près de Jésus, parce qu‘avec un baptême leurs attaques risqueraient de s’accentuer. A présent, certaines de ses sœurs viennent à nos événements. Et je suppose que nous allons bientôt baptiser toute la famille.

Nilu – un cas pas si désespéré 
Sa famille est d‘un arrière-plan bouddhiste. Son père est toxicomane, et Nilu est née petite avec des dommages cérébraux. La société n‘a pas de place pour elle; elle doit interrompre sa scolarité. Bien que Nilu ait un retard mental et physique, nos ateliers de danse et de couture mettent en lumière ses talents.

Nilu progresse si vite en tant que couturière que nous pourrons déjà bientôt lui demander d’enseigner la couture à d‘autres personnes de notre centre. En attendant, elle a été engagée par une école proche de chez elle en tant qu’enseignante de couture et de danse. Elle subvient seule à ses propres besoins ! Elle assiste régulièrement à nos réunions de prière et ouvre son cœur à Jésus, bientôt suivie par sa maman. Depuis, elle transmet courageusement à ses élèves ce qu‘elle vit avec Dieu, en plus de la couture et de la danse. Entretemps, et par son témoignage, toute sa famille a accepté Jésus.

Au fait, qu‘est-ce que Jésus avait répondu à la question de pourquoi cet homme était né aveugle ? « Pour qu‘en lui soit révélé ce que Dieu est capable de faire. »