aktuell news head fr

Madagaskar Finoana webMadagascar : la fugueuse

Finoana, neuf ans, dynamique, vivait à proximité de notre centre, chez sa tante et faisait une joyeuse impression. Mais un jour, elle a disparu.

C’est le soir. De forts coups à notre porte nous tirent du sommeil. Pasteur Christophe est perplexe : « La petite Finoana a disparu ! »

Une odyssée à travers les rizières
Avec son cousin de trois ans, elle a quitté la hutte tard dans l’après-midi pour aller chercher du bois, et n’est plus réapparue. Sa tante est soucieuse. Nous lançons immédiatement une battue pour retrouver les deux enfants. En vain. Ce n’est que vers minuit qu’un appel libérateur nous parvient : « Finoana est ici – chez sa grand-maman à Tana ! » La fillette a parcouru près de 20 km à travers les rizières avec le petit bonhomme de trois ans. Elle voulait simplement rejoindre sa grand-maman pour aller vivre avec elle.

Quelques semaines plus tard, nous apprenons que la grand-mère est décédée. Finoana atterrit maintenant inévitablement chez sa mère à Tana ; mais elle y est indésirable en raison de la nouvelle grossesse qui angoisse désespérément sa maman. Et la fille ne fréquente plus non plus l’école.

En guenilles et affamée
Soucieux, nous avons demandé à la tante de Finoana de nous ramener la fillette. Elle est maintenant là, devant notre porte ; la petite est affamée, sale et habillée de lambeaux déchirés et trop petits, les yeux tristes et vides.

La gamine désespérée nous confie qu’elle s’est enfuie parce qu’elle avait été maltraitée par sa tante. Elle ne voulait qu’une chose : être chez sa grand-maman, la seule personne qui l’ait aimée. Cette perte et le rejet de sa propre mère exige une solution rapide pour Finoana. En accord avec la maman, nous plaçons la fille dans une famille d’accueil – un couple qui vit et travaille dans notre centre, et qui a ses propres enfants.

Le retour des rires
Nous venons de célébrer le dixième anniversaire de Finoana. Aujourd’hui, la jeune fille est à nouveau joyeuse et remuante. Elle a retrouvé un foyer, son école, et par-dessus tout, elle a retrouvé le sourire.