aktuell news head fr

Bhoutan: un idolâtre devient baptiseur

Turquie : Exposé

Il n’a aucun scrupule à affirmer sa foi dans un environnement dangereux.

« Nous sommes habitués à avoir des problèmes récurrents. Il y a toujours des attaques. Une fois, j’ai vu une douzaine de personnes mourir lors d’une attaque de l’EI sur une place de marché. Ce sont des choses qu’on n’oublie jamais. » Pasteur H est à l’œuvre dans une ville turque proche de la frontière avec la Syrie. Lui et son église sont exposés et très vulnérables.

Respecté…
Mais l’église grandit. Pasteur H entretient de bons contacts avec la population et les autorités. Ancienne personnalité des autorités communales, il est connu de tous et respecté. « Le chef de la police m’a donné son numéro de mobile et m’a dit que je devais m’adresser directement à lui si quelqu’un me cherchait des noises. »

… et menacé
Comme chrétien et ancien musulman, un vent violent souffle aussi contre lui. « L’église s’expose via Twitter, Facebook et Instagram. Mon numéro privé de téléphone est connu. Je réponds à chaque message et offre des entretiens personnels. Je sauvegarde les menaces comme preuves pour les autorités, au cas où quelque chose de grave devait m’arriver. »

Ça pourrait sentir le roussi si des sbires de l’EI ou d’autres groupes radicaux venaient à chercher contact. « Le plus dangereux, c’est de les rencontrer dans la rue. Je préfère mener des entretiens à l’église. Là, les caméras de surveillance peuvent prévenir d’éventuelles attaques. Mes invités sont souvent agressifs et ne m’épargnent pas leurs menaces. »

Une tasse de thé qui apaise
Pasteur H fait ce que tout le monde fait en Orient. Il offre du thé à ses hôtes. « Ils ne savent pas du tout qui est Jésus. Comment peuvent-ils donc être contre Lui et contre Ses disciples ? Je leur explique aussi la foi chrétienne et quelle différence Jésus produit dans ma vie. » Comme le thé dans la gorge, la connaissance spirituelle semble couler dans les cœurs. Certains reviennent pour en savoir plus… « Mais d’autres organisent des chasses aux sorcières contre moi et ma famille. Mes quatre fils, tous entre 10 et 16 ans sont catégorisés de ‘mécréants’ à l’école, ce qui n’est pas anodin dans cet environnement. »

Un nouveau voisin est imam. Au début, il s’acharnait violemment contre le pasteur H et sa famille. « C’était difficile. Mais nous avons appris à nous connaître, et la situation s’est détendue. »

On ne joue pas à cache-cache
Pasteur H n’a aucune crainte à s’exposer : « Tout le monde en ville sait que je suis pasteur et converti à Jésus alors que j’étais musulman. Ils voient la croix pendre de mon rétroviseur dans ma voiture. J’assume être chrétien et j‘en accepte les difficultés. »

Mais dernièrement, il a été convoqué au poste de police du chef-lieu de la province. Bien qu’ils aient dit que tout allait bien, le pasteur H a un sentiment mitigé : « Merci de prier pour moi, ma famille et mon église ! »