aktuell news head fr

Global : missionnaires en mode « crise »

Chacun perçoit, et est touché différemment par la crise. Laissons la parole à quelques collaborateurs établis à l‘étranger.

Enterrement manqué I Jany Georgette, Madagascar
« Un jour après la fermeture des frontières malgaches, j’ai reçu un appel. Ma mère est décédée après un long combat contre un cancer des poumons. Je suis sa fille unique et mon père se retrouve seul face à cette douleur. Mes parents étaient mariés depuis plus de 50 ans. De nombreuses questions ont fait surface : Pourquoi maintenant ? Pourquoi n’ai-je pas pu la voir encore une dernière fois et prendre congé ? Pourquoi ne puis-je pas rentrer à la maison et me tenir auprès de mon père ? Je n’ai obtenu aucune réponse. Mais malgré mes douleurs, le Seigneur m’offre sa joie jour après jour. Avec ma famille, nous avons décidé de servir le Seigneur et nous savions que ça n’irait pas sans souffrances. Mais nous savons aussi qu’Il a Sa main sur nous. »

Comme un chien en cage I Jean Forschlé, Madagascar
« Je me sens comme un chien de chasse en cage. J‘avais prévu une action d‘évangélisation et j‘avais déjà acheté 5000 Évangiles de Luc pour cela. Malheureusement, nous sommes maintenant aussi à Madagascar tous confinés, de sorte que nous ne pouvons pas y aller pour le moment. Mais nous ne manquons de rien. Et lorsque nous pensons à nos frères et sœurs persécutés, nous sommes reconnaissants que ça aille aussi bien pour nous. Jusqu’ici, nous avons pu aider en distribuant du riz et de l‘huile. Nous prions pour nos frères et sœurs, et que ce temps se termine au plus vite. »

Président remarquable I Tabea Geipel, Tanzanie
« Je suis reconnaissante d‘être dans un pays qui permet aux chrétiens de continuer à se réunir pour la prière et le culte. Toutes les autres réunions sont annulées. Le président a annoncé que médicalement, on ne pouvait rien. Seul Jésus peut guérir. Tous sont appelés à prier et à jeûner. Les frontières sont fermées, les vols annulés. Mais nous sommes en sécurité dans les mains de Dieu. »

Vol retour en quarantaine I Veronika Neuderth, Sibérie
« J’étais en Alaska pour donner un séminaire aux Inuits lorsque nous avons appris l’interdiction des rassemblements de plus de 10 personnes. Nous avons donc prématurément mis un terme au séminaire. J’ai encore réussi à changer mon billet d’avion. Rapidement, les vols des USA vers la Russie ont été supprimés pour les étrangers. Arrivée à la maison, j’ai dû rester en quarantaine pendant 14 jours. Ça a été dur. Comme il est bon de savoir Jésus près de moi et que je peux lui déposer toutes mes émotions et mes pensées. Comment font les gens qui ne le connaissent pas dans cette situation ? Dehors, le printemps arrive, partout l’herbe reverdit et les arbres se couvrent des premiers bourgeons. Mais beaucoup de gens en Russie restent à la maison en raison du confinement. Les cultes sont retransmis en ligne. Pour ma part, je vais bien. Je suis en bonne santé. Merci Seigneur ! »