aktuell news head fr

pakistan khyberpass webPakistan : La passe de Khyber à pied

Angleterre 1988. Un étu-diant biblique se décide à retourner dans sa patrie, le Pakistan, malgré les nombreux avertissements et les offres attractives en Angleterre.

Le jeune homme avait une vision : implanter une église dans l’un des endroits les plus difficiles du Pakistan, à Peshawar.

Marathon d’implantation d’églises
Aujourd’hui, cela fait bien 30 ans que le pasteur Hashmat qui travaille dans le nord-ouest du Pakistan, a franchi à pied la passe de Khyber en venant de Kaboul en Afghanistan. Son église n’est depuis longtemps plus le petit cercle de prière à quatre des débuts. Plusieurs centaines de personnes se rassemblent dimanche après dimanche. 25 nouvelles églises autour de Peshawar et dans les régions tribales de cette province du nord-ouest témoignent du zèle du missionnaire.

« Il nous est vite clairement apparu que nous devrions nous occuper nous-mêmes de la formation de nos responsables », explique le pasteur Hashmat, « il n’y a pas une seule école biblique dans toute la province. » Et envoyer les jeunes responsables en formation dans d’autres parties du pays n’était pas non plus une solution sur la durée. Rapidement donc, une école biblique fût organisée. Durant deux ans, 16 élèves se rassemblent à raison de 3 après-midi par semaine pendant 4 heures. Les cours sur place sont remplacés par des travaux thématiques et des exercices pratiques : prédications, études bibliques et bien d’autres choses encore. Cela permet de suivre la formation en parallèle d’un travail séculier ou ecclésial. Plus de trois cents collaborateurs ont suivi cette formation jusqu’à aujourd’hui.

La connaissance est importante…
Areej, étudiant en première année, déclare : « Dans notre pays, il est particulièrement important de bien connaître sa foi. Si on nous demande ce que les chrétiens croient, il faut pouvoir répondre de manière convaincante. Sinon, cela devient pénible. En fait, tous les chrétiens devraient suivre cette formation, et pas seulement les responsables ! » Pour Arshad, en plus d’acquérir de nouvelles connaissances, la confiance croissante avec le Saint-Esprit a été une expérience importante : « Après ces deux ans, je me sens bien mieux équipé pour travailler pour Jésus. Mon amour a grandi en tous points de vue. Je désire gagner beaucoup de gens pour Jésus. »

… la puissance du Saint-Esprit nécessaire
Les étudiants expérimentent de manière pratique ce que le pasteur Hashmat a donné comme vision pour l’école biblique : « Nous désirons deux choses : des connaissances bibliques et vivre des expériences spirituelles profondes. » Avec cet accent mis sur le Saint-Esprit, il applique la devise qui s’affiche en grand dans la grande salle de son église : « We are pentecostal. We are people of Spirit. »

Nos partenaires au Pakistan sont mus par une forte vision pour leur province : « une église pour chaque ville. » La formation des responsables donne déjà un élan dans cette direction. Si Dieu continue de déverser Sa bénédiction, bien de grandes choses vont encore se produire.