aktuell news head fr

bhutanBhoutan : miracle et conséquences

Une détention en prison porte des fruits qui nous font rêver sous nos latitudes.

Le pasteur F* et son église sont en train de célébrer Noël, quand soudain, une fâcheuse visite se présente à la porte : la police fait irruption, soi-disant pour vérifier si les mesures sanitaires liées au coronavirus sont respectées. Mais, comme ils ne trouvent rien à redire là-dessus, ils utilisent les lumières sur l’arbre de Noël comme motif d’arrestation. Une farce. L’épouse du pasteur apprendra plus tard que des gens ont accusé l’église de conversions forcées à la foi chrétienne.

Rien à faire
Peu après, le confinement est proclamé au Bhoutan, ce qui aura pour conséquence de ralentir encore la bureaucratie des autorités. Rien ne peut être entrepris pour la libération du pasteur. Et son épouse n’est ni prête, ni capable de payer les 2000 dollars de caution demandés. Les jours passent ainsi. Des jours d’incertitude, des jours de tension. Le fait que le roi du Bhoutan se soit récemment exprimé de manière très positive sur les chrétiens du pays à la télévision d‘État donne encore une note plus dramatique aux événements.

Il ne reste que la prière
Prier. Cette forme d‘influence est pratiquée largement, des milliers de fois, et avec dévotion. Sur quoi Dieu intervient : après une période de 41 jours de détention, la même durée que le confinement au Bhoutan, le pasteur est libéré… sans amende, sans citation à comparaître. Un miracle !

Une libération avec un bonus à la clé
Mais Dieu avait sur son agenda, avant même que cela n‘arrive, ce pour quoi on n‘avait peut-être pas prié assez intensément : l‘événement désagréable devait avoir des effets extraordinaires. En tout cas, cela amène notre détenu à ne pas s‘apitoyer sur son sort, mais à faire ce qu‘il est appelé à faire, même en prison : être pasteur.

Le pasteur F. est enfermé avec six autres prisonniers dans une même cellule. Ceux-ci sont impressionnés par son comportement. Ils perçoivent qu’il réagit autrement qu’eux. Ils lui demandent alors pourquoi et lui ouvrent ainsi la possibilité de partager l’Évangile. De toute évidence, aucun ne reste insensible, car les six embrassent la foi chrétienne. Cinq d’entre eux ont entre-temps été libérés et fréquentent depuis des églises locales. Le dernier doit encore purger quatre ans de détention. Mais il a demandé au pasteur de rendre visite à ses parents, de leur parler de Jésus et de prier avec eux. Ces derniers vont eux aussi donner leur vie à Jésus.

Le pasteur F. demande maintenant un changement d‘orientation de notre prière : « Priez pour que ces nouveaux disciples de Jésus grandissent dans leur foi. »

*nom modifié pour raison de sécurité