aktuell news head fr

BhutanBhoutan : Désirs et réalité

« Je sais que les églises chrétiennes poussent comme des champignons et ne peuvent plus être arrêtées. » C’est la « confession » du roi du Bhoutan lors d’une interview télévisée.

Dans son discours précité, le monarque a aussi mentionné son souhait d’une cohabitation pacifique entre les bouddhistes, hindous et chrétiens. Pour le moment un souhait louable, car les chrétiens souffrent encore des persécutions au Bhoutan.

Les chrétiens, une espèce nocturne
Ici, ce n’est pas l’État qui répand la terreur parmi les chrétiens, au contraire. Le roi et les organismes étatiques respectent les chrétiens comme des citoyens qui ont une influence positive sur le pays à travers leurs valeurs et leur attitude. Les moteurs de la persécution dans les provinces rurales sont des alliances impies entre les responsables religieux et les « gardiens de l’ordre ». Il y a quelques semaines, le pasteur A. F. a été jeté en prison, roué de coups et renvoyé avec l’interdiction de propager le nom de Jésus-Christ. Quelques jours plus tard à peine, A. F. organisait à nouveau des baptêmes en pleine nuit. Les chrétiens se réunissent actuellement principalement tard le soir ou durant la nuit. Certains acceptent pour cela de faire de longs trajets à pied en veillant à ne pas éveiller les soupçons en cours de route.

Bibles en langue dzongkha très convoitées
Les bonnes choses arrivent à ceux qui attendent. La vérification de la version intégrale de la Bible dans la langue officielle du Bhoutan, le dzongkha, est terminée. Les traducteurs ont travaillé avec le plus grand soin. Ils ont rassemblé une équipe lors des passages difficiles à traduire afin de rechercher ensemble la traduction la plus exacte possible. Après deux ans de travail, le texte est maintenant sous presse.

Si le Covid-19 n’avait pas mis le royaume du Bhoutan en stand-by, les Bibles seraient déjà disponibles. Notre chef de projets a une longue liste d’attente de chrétiens locaux qui brûlent d’impatience d’avoir enfin une Bible dans leur langue maternelle. ACP a intégralement financé ce projet, et donc l’a aussi suivi de près tout au long de ces mois d’attente.

Libérés au pays du bonheur
Le Bhoutan est connu comme le « pays du bonheur ». Mais les problèmes ne manquent pas pour autant là-bas. Un pasteur en Inde avec lequel ACP travaille en étroite collaboration depuis des années a reçu voici quelques mois un appel à l’aide du Bhoutan. Les habitants d’un village de ce côté-ci de la frontière se faisaient du souci pour leurs jeunes, empêtrés dans des problèmes d’alcool et de drogue. En fait, un représentant du gouvernement a appelé le pasteur à l’aide. Il a entendu que Jésus pouvait délivrer de l’alcool et de la drogue. Le pasteur a répondu à l’appel et a pris le statut de « frontalier ». Il a régulièrement visité le village bhoutanais, y a fait connaître Jésus et y a implanté une église. Les jeunes qui se sont décidés à suivre Jésus ont été délivrés de leurs dépendances ! Nous prions pour le Bhoutan, que la « confession » du roi devienne réalité.