aktuell news head fr

sri lanka bomben report0619

Sri Lanka : ce que les bombes ne peuvent détruire

Les attaques contre les chrétiens perpétrées jusqu’ici par les extrémistes hindous ont pris une nouvelle dimension avec le massacre des fêtes de Pâques revendiqué par les musulmans.

21 avril 2019. Le Sri Lanka est secoué par une série d’attentats à la bombe synchronisés à Colombo, Negombo et Batticaloa en ce dimanche de Pâques. 259 personnes participant aux célébrations de la Résurrection dans des églises et des hôtels sont arrachées à la vie, plus de 500 sont blessées et d’innombrables autres traumatisées. Beaucoup de temps sera nécessaire pour guérir des blessures apparentes. Celles intérieures ne le seront peut-être jamais.

En septembre, j’ai* visité la Zion Church, l’église ébranlée par l’attentat de Batticaloa, et posé quelques questions à son pasteur principal, Roshan Mahesan, sur le lieu du drame.

Comment avez-vous vécu l’attentat dans votre église ?
RM : J’étais en visite en Norvège pour les fêtes de Pâques, et ne peut redonner que les descriptions de mes collaborateurs : le culte de l’école du dimanche vient juste de se terminer. Les enfants sont dans le hall, dégustant leur snack. Les adultes affluent dans l’église. Peu avant le début du service, notre collaborateur Ramesh voit un homme avec un sac à dos entrer dans le hall. Il l’interpelle et lui demande ce qu’il veut. « Filmer le culte. » lui répond l’homme. Ramesh est envahi par un mauvais pressentiment et raccompagne la personne hors de la salle vers la sortie. Mais le jeune homme se retourne, file vers le centre du hall, juste là où nous nous trouvons et se fait sauter. 29 chrétiens décèdent, dont 14 enfants, et Ramesh avec eux. Sa réaction a évité un plus grand bain de sang. Si le terroriste avait fait sauter la salle de culte, des centaines de personnes auraient perdu la vie. Ramesh laisse une femme et deux enfants derrière lui.

Cet attentat a-t-il eu des conséquences sur ta foi, ta confiance en Dieu et ta vision ?
RM : L’affaire a été affreuse. Nos 1500 membres sont traumatisés, et de nombreux enfants ont de grosses blessures. Mais ma foi en Dieu et ma confiance n’ont pas été ébranlées. Au contraire : ce dramatique événement nous a encore plus rassemblés en tant qu’église et fait grandir notre fardeau pour le Sri Lanka. Personnellement, j’ai la vision d’amener au moins 20 000 personnes à rencontrer Jésus-Christ.

Comment pouvons-nous vous soutenir dans cette situation ?
RM : Priez pour nous. En particulier pour les familles qui ont perdu des proches. Et aussi pour les nombreux blessés et les traumatisés. Aidez-nous financièrement pour aider les enfants brûlés et blessés au visage à retrouver une apparence aussi « normale » que possible par la chirurgie réparatrice. Pour l’éducation des enfants qui ont perdu leurs parents. Nous avons aussi rapidement besoin d’un nouveau bâtiment d’église. Car les gens ont de la peine à retourner sur les lieux de l’attentat. De toute façon, l’église était trop petite. Le terrain nouvellement acquis à 5 km d’ici et le bâtiment prévu coûtent 900 000 dollars. En tant qu’église, nous faisons notre possible, mais nous n’y arriverons pas seuls.

Avec ma visite à Batticaloa, j’avais prévu d’encourager les personnes touchées. Mais je suis revenu avec plus que ce que j’ai pu apporter. Le courage d’une foi inébranlable et d’une confiance en Dieu. Encouragé par la vision ferme du pasteur et de ses paroissiens. Les bombes ont tué des chrétiens, démoli des bâtiments, mais ne peuvent détruire la foi.

.

Voir le film : Sri Lanka | Terreur à Pâques

*Chef de projets ACP