aktuell news head fr

News 27 KW Griechenland

Érythrée : retour à la normale

Un événement historique a soulevé l’an dernier de gros espoirs. Aujourd’hui, ils sont réduits à néant...

La signature du traité de paix entre l’Éthiopie et l’Érythrée est arrivée par surprise. Les frontières ont été ouvertes. Le commerce a commencé à fleurir comme jamais auparavant. L’enthousiasme débordait littéralement dans tout le pays. Nous pouvions librement traverser la frontière et réunir des familles séparées depuis des années. En tant que chrétiens, nous espérions la fin de l’emprisonnement de nos frères et sœurs et des restrictions de la liberté de rassemblement.

En décembre, quatre mois après l’accord de paix, se produisit l’impensable : les frontières ont été fermées. Pourquoi ? Personne ne le sait. La situation d’avant, avec toutes ses restrictions et contrariétés, était soudainement de retour. En pire. Les prix ont explosé, et la misère est plus grande encore qu’avant. La situation se durcit jour après jour. L’espoir humain d’une libération de nos amis chrétiens emprisonnés depuis des années s’est évanoui. Notre seule espérance est dans une intervention massive de Dieu qui amène enfin la liberté. Mais cela paraît tellement loin aujourd’hui. En mai, 150 chrétiens ont été arrêtés d’un coup. Seuls 20 ont été relâchés. Semere* est l’un d’entre eux.

Semere, présente-toi brièvement
S : J’ai 36 ans. Après mes études en agriculture, je n’ai pas trouvé de travail et me suis tourné vers un magasin d’électroménager. Ma famille est de tradition copte-orthodoxe et nous pensions connaître l’Évangile. Mais un jour, je me suis décidé à suivre Jésus.

Comment en es-tu arrivé là ?
J’ai saisi progressivement la différence entre la tradition et le véritable Évangile. Nous avons été enseignés à faire ce que le prêtre nous disait : suivre des règles strictes qui nous liaient à l’église. Des règles qui nous gardaient de vivre une mauvaise vie ou simplement de brûler en enfer. Mais je n’avais aucune réponse à mes questions les plus brûlantes : Pourquoi suis-je en fait ici ? Comment être libéré de ma culpabilité ?

Qu’est-ce qui a changé aujourd’hui ?
Aujourd’hui, je sais que je ne peux pas compter sur moi pour respecter les règles. Jésus a résolu mes problèmes de culpabilité quand il est mort à la croix. Je lis la Bible régulièrement et apprends toujours mieux à connaître Dieu. Cela m’aide à vivre ma foi dans la pratique et d’y guider les autres.

Mais cela ne va pas sans risque !
Oui, il y a une très forte persécution contre les chrétiens dans notre pays. Il est strictement interdit de vivre notre foi ouvertement. Mais cela n’a pas empêché les chrétiens de poursuivre leur mandat. C’est comme cela que je suis venu à la foi en 2006. Les églises étaient déjà fermées depuis quelles années à cette époque-là, et les chrétiens dans la clandestinité.

Ta disponibilité à prendre des risques t’a conduit en prison.
Oui. En mai, douze d’entre nous ont pris part à un culte tout à fait normal avec d’autres chrétiens. Bien qu’il soit interdit aux chrétiens de se rassembler, de prier ensemble, de se fortifier dans la foi, de se donner du courage et de prier pour notre pays. Au contraire de nos autorités, nous n’y voyons aucune activité criminelle. Mais chacun d’entre nous sait que ce genre de rassemblement peut se terminer de façon dramatique. Mais la persécution nous est familière. Nombreux sont nos pasteurs qui ont déjà fait des années de prison. Lors de cette soirée, des policiers et des soldats ont soudain fait irruption dans notre local au moment de la prière finale. Ils ont exigé que de telles réunions ne soient plus jamais organisées, nous ont fait monter dans un camion et nous ont emmené dans la prison d’Asmara.

Comment cela s’est passé pour vous en prison ?
Dieu nous a offert d’être enfermés les douze dans la même cellule. Il nous était évident que nous risquions plusieurs années de prison. Nous nous sommes faits du souci pour nos familles, nos emplois, etc. mais n’avons pas perdu courage et sommes entrés dans le combat spirituel. Nous avons proclamé chaque texte biblique qui nous soit venu à l’esprit pour nous inciter à l’audace dans la foi. Nous avons loué Dieu et nous nous sommes sentis un peu comme Daniel dans la fosse aux lions. Puis nous nous sommes rendu compte que nous n’étions pas des victimes, mais des privilégiés de pouvoir vivre un destin similaire à ce qu’ont vécu les apôtres dans la Bible et nos pères dans la foi.

Votre détermination a-t-elle tremblé à un moment ou à un autre ?
Lors des interrogatoires, chacun se retrouvait seul, devant répondre du « sacrilège » d’être chrétien et de se rassembler. Par des menaces, on voulait nous obliger à arrêter cela. Mais chacun est demeuré ferme, sachant que nous pouvions passer le reste de nos vies derrière les barreaux. Cette « détermination » a fait grimper les policiers aux rideaux. Comme aucun d’entre nous ne se laissait ébranler, ils ne savaient finalement plus comment nous prendre et après quelques semaines, ils nous ont libérés. Pourquoi nous et pas d’autres, c’est un mystère. Chaque prison semble avoir ses propres règles et habitudes.

Et maintenant ?
La persécution fait partie de la vie des disciples de Jésus, et particulièrement aussi en Érythrée. Nous l’avons vécu nous-mêmes. Mais cela ne doit jamais nous retenir de poursuivre notre mandat et de gagner le plus de personnes pour le Royaume de Dieu. Et c’est là notre plus grand bonheur.

* Noms changés ou tenus secrets pour raisons de sécurité