aktuell news head fr

News 27 KW Griechenland

Chine : appartenance religieuse : « sans religion »

Si quelqu’un en Chine répond autre chose que « sans religion » à la question de son appartenance religieuse, il pourrait être sujet à quelques difficultés.

Depuis le milieu de l’année 2018, notre situation en qualité de chrétiens – et de la plupart des communautés religieuses – s’est encore durcie.

Communautés sous pression
Le gouvernement réactive les méthodes bien connues des années 50 : Les chrétiens sont exclus du Parti, et donc des caisses de pension. Les jeunes perdent toute chance de promotion en raison de la foi de leurs parents. Un responsable de groupe de maison est roué de coups dans les toilettes d’un commissariat (là où il n’y a pas de surveillance vidéo) avant d’être relâché sous menaces : « C’est ce qui va t’arriver chaque fois que nous te choperons. »

Dans certaines provinces les services de cultes sont perturbés et le mobilier brûlé. Les croix et autres symboles religieux sont bannis des paysages urbains. Les églises sont fermées par décret, mais cela n’empêche pas les membres de célébrer les cultes. Mais par endroits, la police, parfois aidée de troupes d’intervention tente de les disperser. Les pasteurs et responsables sont temporairement emprisonnés, les propriétaires mis sous pression, les régies invitées à résilier les baux avec les églises. On utilise les réglementations anti-incendie pour fermer les églises. Que reste-t-il d’autre, alors, que de chercher de nouveaux lieux de refuge et de déplacer les cultes à des horaires inhabituels ?

Mon église sous pression
Dans notre ville aussi la situation s’est dégradée. Au début de l’année, nos deux locaux d’église ont été déclarés illégaux. Nous avons donc déménagé dans un autre lieu parce que nous ne voulons pas encore passer à notre plan B, à savoir la répartition de la communauté en églises de maison.

Malgré le cumul de problèmes sécuritaires, notre priorité demeure focalisée sur notre véritable mandat : transmettre la Bonne Nouvelle de Jésus, faire grandir les chrétiens dans la foi et les former au service. Actuellement, nous menons deux cours alpha, dont le but de l’un d’eux est d’ouvrir un nouveau lieu de rencontre. Sur l’invitation du Saint-Esprit nous avons organisé les baptêmes du mois de mai le samedi, et ainsi évité la désapprobation des visiteurs étatiques le dimanche matin.

Lignes rouges
En prêchant, alors que je suis étranger, je dépasse depuis des années l’une des lignes rouges fixées par les autorités. D’autres restrictions jusqu’ici en consultations devraient maintenant entrer en fonction : les mineurs n’ont pas le droit de prendre part à des manifestations, les membres du parti non plus. Les pasteurs non consacrés par l’église chinoise officielle ne sont pas reconnus, mais plutôt considérés comme de « faux » docteurs. En bref, celui qui ne fait pas partie de l’église officielle doit disparaître.

Les tactiques appliquées par les autorités sont sournoises et dangereuses. Les fonctionnaires s’efforcent d’arracher aux pasteurs et responsables des promesses qui ne sont pas acceptables pour la plupart des chrétiens. Ils montent les églises les unes contre les autres, en prétendant que d’autres auraient déjà donné leur accord. Ils sèment la méfiance entre les groupes de maison et cherchent à briser l’unité. Ils jettent en prison certains pasteurs et responsables pour un court séjour ou pour plusieurs années – et ont déjà laissé certains disparaître sans signe de vie. Ils exigent que les locaux des églises soient décorés du drapeau national et de propagande. Nous avons éludé ces exigences ainsi que le contrôle en déménageant.

En fait, les autorités tentent de rendre l’enseignement et la pratique chrétienne compatibles avec le socialisme chinois.

Membres d’église sous pression
En plus des pasteurs et autres responsables, et pour la première fois depuis des décennies, les membres des églises sont maintenant aussi dans le viseur. Les salariés sont priés de se tenir loin des rassemblements chrétiens. Dans les questionnaires personnels, il faut remplir la case « appartenance religieuse/religion ». Celui qui coche autre chose que « sans religion » s’expose à des restrictions : perte d’emploi, chute dans la hiérarchie, suppression de rentes. Je sais que des enseignants, des médecins et des employés de l’État ont été licenciés. Les membres du Parti sont particulièrement touchés. Les chrétiens sont souvent confrontés à ce choix, même au sein de leur propre famille, dans laquelle tous ne partagent pas leur croyance : la foi ou la paix familiale.

Enfants et adolescents sous pression
J’ai entendu que dans une ville, de jeunes élèves chrétiens de 12 ans ont coché la case « sans religion » sous la pression collective de leurs enseignants. Et maintenant, ils luttent avec des remords d’avoir renié leur foi. Les enseignants mettent les élèves sous pression parce qu’ils seront punis, et l’école avec eux si des élèves devaient cocher la « mauvaise » réponse.

Les étudiants qui osent s’afficher comme chrétiens peuvent mettre une croix sur leur futur diplôme.

Quoi qu’il arrive
Dans mes prédications, basées sur les textes de l’Apocalypse et du livre de Daniel, je partage des thèmes tels que résister à la séduction et à la persécution. Être fidèle jusqu’à la mort. Vaincre et les promesses pour le vainqueur. Le Seigneur établit et destitue les autorités, et à la fin, c’est Lui le vainqueur. Le Seigneur vit. La sécurité est sous Sa protection – quoi qu’il arrive.

Et puis j’espère et je prie pour que les réactions positives à mes prédications aient aussi un impact au moment opportun.