aktuell news head fr

News 27 KW Griechenland

L’Inde, ce n‘est pas Bollywood

Exclusion, haine et violence sont le quotidien des chrétiens en Inde. La persécution prend des proportions dramatiques. Malgré tout, les églises grandissent...

« Madam! Selfie, please? » Dans aucun autre pays au monde je n’ai posé pour autant de photos sur téléphone. Pas de voyage en train, pas de visite de restaurant, pas de shopping sans curieuses questions et sympathiques discussions. Une telle ouverture, une telle amabilité ! Quelle divergence avec les rapports bouleversants sur la persécution des minorités religieuses en Inde.

Nous sommes en route pour visiter des églises, encourager nos partenaires et faire le portrait de chrétiens qui souffrent de la violente et croissante persécution. Leurs histoires sont des exemples de ce que vivent des millions de leurs frères et sœurs sur le sous-continent. En 2018, l‘Inde s‘est classée au 10ème rang de l‘index de la persécution. En 2011, elle n‘était encore qu‘au 31ème rang.

Églises indéracinables
Mais la persécution n‘est pas la seule à grandir… le christianisme se répand aussi. A Delhi, nous rencontrons le révérend Vijayesh Lal, secrétaire général de la Evangelical Fellowship of India, l‘Alliance Évangélique d‘Inde. Il nous donne un exemple de l’État du Rajasthan, où un politicien nationaliste voulait déraciner les chrétiens : « Cet homme jura qu’il libérerait la région de Banswara (comptant plus de 100‘000 habitants) de tous ses chrétiens dans les trois ans. A la suite de quoi, il y eu beaucoup d’agressions, des pasteurs furent roués de coups et jetés en prison, mais l’Église a continué de croître. » Pour Lal, c’est un signe de la puissance de Dieu : « L’église est celle du Seigneur. Et Dieu a dit que les portes du séjour des morts ne l‘emporteront pas sur elle. »

Les prières font une différence
La persécution serait-elle aussi un facteur de croissance ? Lal répond par la négative : « A travers le monde entier, dans les cercles chrétiens, on affirme que lorsque la persécution éclate contre les chrétiens, l’Église grandit. Mais ce n‘est pas juste. Si l’Église grandit, cela dépend toujours de la réaction des chrétiens face à la persécution. »

Lal invite les chrétiens du monde à se pencher sur les réalités politiques, sociales et religieuses de l’Inde : « Il y a beaucoup de mythes romantiques liés à l’Inde. Par exemple, que l’Inde est un pays tolérant et libre de violences. Non, l’Inde, ce n’est pas Bollywood ! » Celui qui y regarde plus sérieusement, verra rapidement que l’Église indienne souffre. C’est pourquoi Lal appelle à la prière pour son pays : « Nous avons besoin de prière plus que tout autre chose, car nous croyons que c’est ça qui fait une différence. »

Mauvais pour l’image de l’Inde
En même temps, le Secrétaire Général encourage à être une voix pour les chrétiens d’Inde : « L’Inde est très consciente de son image globale. Si la communauté internationale des chrétiens prend la parole, la situation chez nous pourrait bien s’améliorer. » Lal continue avec un exemple : « Lors d’une rencontre avec le Premier Ministre, il nous a balancé que le rapport négatif sur la persécution des chrétiens en Inde entachait l’image de la nation. Nous lui avons alors demandé ce qui selon lui provoquait effectivement des dommages : les rapports négatifs ou le fait que ces événements se soient vraiment produits. »