aktuell news head fr

marokko der einzige christ webseite

Maroc : le seul chrétien

Au Maroc, les chrétiens sont souvent forcés de vivre cachés, et de ne parler de leur foi à personne. Mustafa est resté longtemps silencieux. Jusqu’au jour où il a rencontré d’autres chrétiens et fondé une église de maison. Aujourd’hui, il vit sa foi ouvertement.

Quand Mustafa est né, sa vie était déjà toute tracée : comme tous ses aïeuls sont imams, Mustafa le deviendra lui aussi. Sa famille est connue et respectée dans la région. Dès l’âge de cinq ans, son père l’emmène à la mosquée pour lui faire étudier le Coran.

Après l’école primaire, son père le retire de l’école et l’envoie dans un centre islamique réputé, où plusieurs personnalités musulmanes reconnues ont étudié. « Après six mois, j’étais nommé responsable de toute la zone sud du Maroc », confie Mustafa.

Il a maintenant la chance d’étudier l’islam jusque dans ces plus profondes racines. Il y découvre des détails qui ne lui plaisent pas. « J’étais à la recherche de Dieu et je faisais tout ce que l’islam prescrit – prier cinq fois par jour, jeûner durant le Ramadan, etc. – mais je n’avais jamais la satisfaction d’un cœur comblé. J’avais besoin de quelque chose d’autre. Et plus j’étudiais, et plus je découvrais des contractions, ainsi que des mensonges. Je me suis donc décidé à chercher dans les autres religions, y compris dans le christianisme. »

Les nombreuses questions de Mustafa sur Jésus le mettent en contact avec une école chrétienne en Espagne qui lui envoie de la littérature. Mais plus il lit, plus il s’aperçoit que l’islam se fourvoie. « Un jour, il me vient une pensée : ‘prie au nom de Jésus !’ C’est donc ce que je fais, et pour une fois, mon cœur est rempli de fraîcheur. C’est à ce moment-là que je me décide à devenir chrétien, pour que toute ma vie soit remplie. » La recherche de Mustafa a pris six ans.

Mais que faire maintenant qu’il est chrétien ? Quand il le dit à sa famille, il en est expulsé. Mustafa se retrouve seul et pense même être le seul chrétien dans tout le pays. Une année environ après avoir écrit aux chrétiens de l’école en Espagne, il reçoit une invitation à une fête de Noël dans une ville voisine. Réticent, il s’y rend… et y rencontre trente autres chrétiens marocains.

Quelques années plus tard, en l’an 2000, il déménage dans une autre ville pour suivre des cours. Il fréquente une église de maison. Le concept lui plaît. Il décide de fonder un groupe similaire dans sa ville d’origine lorsqu’il y retourne trois ans plus tard. Des amis chrétiens sont choqués. « Ils m’ont dit que j’étais fou. ‘Tu veux implanter une église au cœur-même de l’islam ?’ J’ai commencé par des rencontres chez moi. Quand le groupe a commencé à grandir, nous nous sommes retrouvés dans les montagnes le samedi, et revenions à la maison le dimanche. Nous étions 18. »

Mais rien n’est simple. Différents groupes islamiques cherchent à l’arrêter et le menacent, lui et sa famille.

Dans l’année, Mustafa et sept autres responsables chrétiens décident d’aller un pas plus loin : ils veulent vivre leur foi ouvertement. Les déclencheurs sont des déclarations amicales envers les chrétiens de différents politiciens, et même du roi Mohamed VI. « Le Marco change, et il y a beaucoup de progrès liés aux droits de l’homme. Le roi Mohamed VI a dit récemment qu’il était le roi de tous les Marocains : chrétiens, juifs et musulmans. »

« On dit qu’il y aurait 150'000 chrétiens ici, mais nous pensons qu’il pourrait bien en avoir un million. Il n’y a pas un coin du pays, où il n’y a pas au moins un chrétien. Parfois, il y a plus de chrétiens dans une famille que les membres eux-mêmes ne le savent. Le jour où la loi changera pour nous garantir la liberté de religion, tous viendront alors à la lumière, et on constatera alors le nombre impressionnant que nous sommes ! »

Sources : livenet.ch
Image : protestantedigital.com