aktuell news head fr

thiopien EntkommenÉthiopie : échappés de justesse

Sashamene au centre de l‘Éthiopie. C’est là qu’il doit retrouver les gens qui ont échappé de peu aux attentats.

La manifestation hooligan a détruit le bâtiment de l’église de Sinkile à mi-février. J’aurais bien aimé prendre des photos moi-même, mais mes partenaires éthiopiens m’en ont empêché pour raisons de sécurité. Il ne me reste plus qu’à les questionner.

Echappés de peu
Melkamu, responsable de la communauté chrétienne, a tout perdu et a dû prendre la fuite. « Nous vivons dans une ville à majorité musulmane et sommes souvent attaqués. Nos adversaires ont utilisé l’instabilité politique actuelle pour se jeter sur l’église. Une meute armée est passée par-dessus notre clôture et a littéralement rasé notre église et ses neuf pièces adjacentes, dont mon appartement, le magasin et son stock. Ils en avaient aussi après moi, mais par chance, j’étais ce jour-là à Sashamene. Aujourd’hui, je n’ai plus de revenu, et 9 enfants à charge. L’église avait déjà été détruite une première fois. C’était il y a de cela sept ans. »

Gegachew, évangeliste était sur place cette nuit-là : « J’étais sur le terrain quand la meute est arrivée, mais nous avons pu fuir avec ma famille au dernier moment. Ma maison est en ruines ; Tout ce qui nous reste est ce que nous avions sur nous. Maintenant, nous attendons ici à Sashamene de voir comment les choses vont évoluer. »

Kofa, collaborateur de l’église, a échappé de peu à la mort : « Quand la foule furieuse s’est présentée, j’ai voulu aller chercher mes enfants. Mais j’ai été rattrapé. Un gars a sorti une épée et voulait s’en servir mais il a été retenu par ses compagnons. Ce que j’ai ressenti ? J’étais prêt à mourir. Cela fait partie de notre service, ici. Jusqu’ici les membres musulmans de ma famille m’ont accueilli et me protègent pour que je puisse rester à Sinkile. »

Cultes sur des ruines
Kofa : « Le dimanche qui a suivi l’attaque, nous avons déjà célébré un culte, sur les cendres. Entretemps, nous avons refait la clôture et désirons bien entendu rebâtir la maison. Nous persévérons. Les bâtiments peuvent être détruits, la communauté, non ! Bien sûr, nous avons besoin d’aide. Nous sommes reconnaissants pour chaque soutien. »

Sinkile n’est qu’un exemple parmi d’autres d’attaques de musulmans radicaux. Rien qu’en 2016, déjà cinq églises du mouvement pentecôtiste éthiopien ont été réduites en cendres. Même si les autorités du pays n’interviennent pas, ACP apporte son soutien. Prenez-y part.