aktuell gebetsanliegen head fr

Mali auf druchbruch folg unfallserie

Mali : Accidents en série après une percée

En janvier dernier, notre chef de projets a organisé autour du centre scolaire une campagne d’évangélisation. Des milliers de personnes y ont assisté, une trentaine a donné sa vie à Jésus chaque soir, y compris des musulmans.

Là où Dieu est à l’œuvre, il y a aussi des difficultés. L’un de nos 3 minibus scolaires, servant au transport des enfants matin et soir, est tombé en panne. Il a été immobilisé jusqu’au 1er mars pour une réparation qui nous coûtera EUR 1'200.-.

Quelques jours plus tard, le 12 février, le second véhicule est responsable d’un accident occasionnant beaucoup de dégâts matériels sur d’autres véhicules (photo). Le chauffeur a pris la fuite, mais a été arrêté par la police. Nous nous sommes empressés de réparer les dégâts afin de le remettre immédiatement en service.

Le 18 février, c’est le drame : le 3è véhicule fait aussi un accident entraînant le décès d’un piéton de 60 ans... Le chauffeur prend la fuite car à Bamako les chauffeurs de bus sont brûlés vifs par la foule en colère lorsqu’il s’agit d’un accident avec un décès. A l’heure actuelle, il n’a toujours pas été retrouvé malgré son téléphone portable qui a été mis sur écoute par le procureur de Bamako. De plus, notre minibus est immobilisé par la police pour les besoins de l’enquête. Le chauffeur du second minibus a été renvoyé et le troisième ira en prison dès qu’il aura été retrouvé.

Malgré des réunions hebdomadaires avec nos chauffeurs, il est impossible de les responsabiliser. C’est un problème récurrent au Mali où les chauffeurs de bus ne respectent aucune règle lorsqu’ils sont au volant d’un véhicule.

Nous remercions le Seigneur parce qu’aucun enfant n’était à bord des véhicules lors des accidents.

Nous prions pour :
> Mathieu, notre chef de projet sur place, qui doit gérer cette situation complexe.
> La protection spéciale de nos enfants.
> De bons nouveaux chauffeurs, capables d’embrasser la vision d’ACP.
> Pour que la police nous rende rapidement le troisième véhicule dont nous avons urgemment besoin pour les transports scolaires (nous perdons EUR 70.-/jour en frais de location de 2 minibus).
> Pour l’achat de nouveaux véhicules à la Rentrée scolaire 2017/18.