16. Mai 2022

Un autre monde

NICARAGUA
Ils sont entrés dans l'enceinte de l'école, et se sont sentis soudainement transportés dans un autre monde.

Eduard S. et moi revenons tout juste d'une visite de projet au Nicaragua. Nous sommes impressionnés.

La passion au service de la « victoire olympique »
C'est avec beaucoup de passion que Nehemías Nicaragua investit dans la vie des enfants et des jeunes. Dans nos deux écoles, les Colegios Cristianos Nehemías Masatepe et Santa Teresa, ils reçoivent une éducation scolaire et une formation cordiale exceptionnelles, de l'âge de la maternelle jusqu'au baccalauréat. Une bénédiction qui les accompagnera toute leur vie. Les deux écoles travaillent à un très haut niveau et comptent parmi les meilleures du pays. Cela est régulièrement confirmé lors de ce que l'on appelle les olympiades nationales pour les différentes matières : nos écoles occupent régulièrement les premières places.

L'éducation comme investissement
Je me rends compte une fois de plus de l'importance de l'engagement en faveur de l'éducation. C'est la forme la plus efficace et la plus durable d'aide au développement. Les jeunes y reçoivent une qualification de haut niveau. Ils sont formés et placés en mesure d'organiser leur propre vie et de sortir du cycle de la pauvreté et de la misère. L'investissement dans le capital humain que constitue l'éducation ne peut pas non plus être « rongé par la rouille » ou « volé par des voleurs ». Cet aspect revenait souvent dans les conversations avec les enseignants. Nos écoles existent depuis plus de 20 ans et ne cessent de croître. Pour l'année scolaire 2022 en cours, 1159 enfants sont scolarisés. Entre-temps, de nombreux jeunes ont suivi un cursus complet dans notre école et ont pu ensuite suivre des études avec succès en étant parfaitement préparés. Nous avons même cinq enseignants issus de nos anciens élèves.

Bienvenue au paradis de l'école

Dès que je pénètre dans l'enceinte de l'école, je me sens transporté dans un autre monde : des plantes magnifiques et variées, des aires et des terrains de jeux ainsi que des cours d'école joliment aménagées, comme je n'en ai jamais vu dans une école. Elles invitent les enfants à se défouler, mais aussi à se détendre. La communauté n'est pas en reste. Une paix extraordinaire règne sur l'ensemble du site. En même temps, on est frappé par la gaieté exubérante des enfants. C'est un petit paradis.

Le vélo comme bus scolaire
Nous profitons de l'occasion pour passer du temps avec les élèves et discuter avec les enseignants. Nous faisons la connaissance de Cristofer. Il est en 11e année et vient d'une famille très pauvre qui vit loin de Masatepe. Aucun bus ne s'y rend jamais. Comment se rendent-ils à l'école, lui et sa sœur ? À pied, ce serait bien trop loin. Cristofer a donc reçu un vélo en cadeau de Nehemías. Il l'utilise tous les jours pour se rendre à l'école, avec sa sœur cadette sur le porte-bagages. Sandra est en septième année. En entendant cela, nous avons immédiatement accepté d'acheter un vélo pour elle aussi.

Une école avec des « effets secondaires »
À Masatepe, nous entendons l'histoire émouvante d'Arlen, entre-temps devenue notre cuisinière. Son fils Jordi fréquentait notre école, a entendu parler de Jésus et a commencé son cheminement avec lui. En fait, cela ne convenait pas à sa maman. Mais le garçon a changé en bien et elle l'a laissé faire. Mais Jordi est décédé à l'hôpital à la suite d’un traitement au mauvais médicament. Arlen, désespérée, trouva la Bible de Jordi chez elle. Ce qu'elle y a lu l'a beaucoup touchée. Elle vint donc à l'école pour en parler avec les enseignants. C'est ainsi qu'elle aussi a accepté Jésus. Nous l'avons engagée comme cuisinière. Elle cuisine si bien que même les enfants qui pourraient manger à la maison préfèrent rester ici pour le repas de midi. En outre, elle a commencé des études d'architecture — une école qui change aussi les parents.

Une école autosuffisante

Les écoles Nehemías sont en partie autosuffisantes. Une exploitation agricole (finca) et un atelier de couture servent à cela. La finca, d'une superficie de quatre hectares, produit une grande partie de ce qui est nécessaire pour la cuisine de l'école. La gamme de produits va des légumes classiques comme les tomates et les carottes aux fruits exotiques comme les bananes plantains, les ananas, les papayes ou les mangues. Une multitude de poules heureuses et en liberté fournit les œufs. Les uniformes sont fabriqués dans l'atelier de couture de l'école avec l'aide active de quelques parents.

Une école qui manque de place

Pour cette bonne raison, ces deux écoles sont très populaires. Nous avons déjà accueilli des enfants jusqu'à la limite de notre capacité et même au-delà, si bien que nous devons régulièrement refuser des demandes. Toutes les salles disponibles sont utilisées. Jusqu'à la 9e année, nous avons jusqu'à présent géré deux classes parallèles et une seule à partir de la 10e année. Mais il est prévisible que nous devrons également gérer deux classes de 10e année l'année prochaine si nous ne voulons pas renvoyer des élèves. Et cela ne doit en aucun cas se produire ! Cela toucherait des bacheliers, dont certains sont chez nous depuis l'école maternelle. Ils ont le désir légitime d'obtenir le diplôme de première classe pour lequel ils ont travaillé toute leur vie jusqu'à présent.

Nous avons donc besoin de deux salles de classe supplémentaires, qui devraient être terminées pour la prochaine année scolaire. Les coûts de construction s'élèvent à environ 60 000 EUR à Masatepe.

Un article de Frank G., responsable de la gestion des parrainages



S'informer

Tout engagement commence par l'information. Nous avons plusieurs offres gratuites pour vous, numériques et imprimées. Restez à tout moment à jour.

Slogan Footer
Sprachwahl DE / FR / EN