22. Mai 2022

Accueillis

BULGARIE
En Bulgarie, sans papiers valables, il n'y a pas de place dans un foyer, pas de pension. Le centre Changement aide les sans-abris à faire valoir leurs droits.

L'une des tâches du Centre Changement (CC) de Gorna Orjachoviza, financé par ACP, est de procurer à ses résidents les documents nécessaires. Sofia se retrouve au chômage avec son mari et perd tous ses biens. Le couple se rend en Grèce. Là-bas, la vie dans la rue est plus facile, même en hiver. Pendant 15 ans, le couple mendie à Athènes. Puis l'homme meurt. Sans lui, Sofia ne peut pas s'en sortir. Elle retourne en Bulgarie, où les autorités la dirigent vers le CC. Afin de lui obtenir une place permanente dans un foyer public, notre équipe lui procure une carte d'identité. La veuve est reconnaissante de ce nouveau départ.

Tout le monde ne saisit pas sa chance du premier coup
Pour les sans-abris de longue durée, le changement est souvent un processus qui dure parfois des années. L'équipe doit veiller à ne pas abandonner. Stanko (37 ans) supposait que sa situation était sans espoir. Ayant perdu ses deux parents à l'adolescence, le garçon n'a pas la force de terminer sa scolarité. Il sombre dans l'alcool, ne parvient pas à conserver son emploi et se retrouve à la rue. Il ne cesse de frapper à la porte du CC. Mais ses séjours ne durent pas, la dépendance le rattrape.

Mais aujourd’hui, c'est différent. Stanko vit ici depuis deux mois déjà, travaille dans une ferme, se sent aimé et accepté. Il lui faut un certain temps avant de pouvoir raconter sa véritable histoire — et de constater qu'il n'est pas rejeté pour autant. L'équipe du CC souhaiterait que tous ceux qui cherchent de l'aide disent la vérité sur eux-mêmes au lieu de raconter des histoires inventées. Nos équipiers constatent que les résidents ne sont pas les seuls à avoir des problèmes d'honnêteté.

Une grande corruption règne également au niveau de l'approbation des pensions. Vesselin (59 ans) se fait voler son allocation de vieillesse. Après une attaque cérébrale, il n'est plus en mesure de travailler. Mais comme son ancien patron lui a détourné quelques années de travail, Vesselin ne peut pas faire valoir son droit à une pension. Trahi et dépendant des médicaments, il perd toute joie de vivre.

Le CC se glisse dans le rôle de l'avocat et s'engage activement en sa faveur auprès des services sociaux. Aujourd'hui, Vesselin vit dans un foyer pour handicapés et continue à entretenir de bons contacts avec nos équipiers, devenus pour lui de « vrais amis ». Profondément impressionné par l'amour de Dieu, Vesselin veut continuer à vivre avec Jésus.

Des obstacles bureaucratiques absurdes rendent le travail encore plus difficile. Mais nos collaborateurs aiment les gens et ne se laissent pas arrêter par ces obstacles pour les aider.



S'informer

Tout engagement commence par l'information. Nous avons plusieurs offres gratuites pour vous, numériques et imprimées. Restez à tout moment à jour.

Slogan Footer
Sprachwahl DE / FR / EN